15 déc. 2011

A quoi s'occupe-t-on ? [2]

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Samedi 10
-----------
Class in the morning ; pendant ce temps nous on commence à préparer la veillée du lendemain soir, la dernière.
Visit in the afternoon : un chateau propice à faire de jolies photos dans la lumière de fin d'après-midi. Comme d'hab' une journée très cadrée où on fait ce qu'il est demandé de faire, et pas d'espace pour juste respirer ou pour le free-staïle... Dommage pour les petits, et désolée d'être limitée à seulement le constater.


Dimanche 11
-------------
In the morning, école privée oblige, messe. Je continue à préparer des trucs pour la veillée à l'extérieur, certes sous un petit soleil, mais surtout avec un vent glacial comme la montagne sait si bien le produire. Feutre et découpage au programme, et avec des gants ça ne passe pas ; j'y perdrai presque mes doigts.
In the afternoon, grand jeu dans un fort militaire. Pas mal du tout dans l'absolu, sauf que les crevettes sont déchainées, du coup difficile de les faire progresser par équipe (de 12 en plus) : il faudrait s'attendre, il faudrait procéder méthodiquement alors qu'ils ont envie de courir et se barrer dans tous les sens.
Et puis ils ont tellement intégré que gagner, c'était "bien", que c'était en fait le seul truc à considérer, que du coup celui ou celle qui ralentit le groupe est maudit voire à lapider sur place. Dur dur...
Je repense aux pédagogies sans récompense ni sanction... Le paradis ! Si seulement on arrêtait de leur dire qu'être devant, qu'être le premier, c'est "bien".
Le soir, dernier soir, tadaaam... Veillée kermesse ! Stands, jeux et bonbons à gogo, yeehee !
Avec 2 bons (gagnés aux différents stands, au choix avec des bonbons), on décroche une boisson au bar. Avec 3, on devient DJ le temps de choisir la prochaine chanson. Avec 5 on peut aller faire l’acquisition d'un déguisement au "vestiaire" préparé pour l'occasion. Quelques petits gars partent à fond : jupes et robes fleurissent, perruques et chapeaux dans tous les sens... Que du plaisir, ils se marrent (et me fond marrer), c'est excellent !!
Pas de photo de tout ça, trop occupée à gérer mes stands et danser la macarena ou équivalent de l'été dernier.
Chez les filles, moins de succès. Pas fun de se déguiser ? Peur d'être ridicule et volonté de faire attention à son apparence ? Un peu de tout ça sûrement.

Lundi 12
---------
On plie les gaules. Sans regret du point de vue de la météo, puisqu'il re-pleut. Les inventaires du matin, qui consistent à refaire les valises en checkant qu'on a bien, au retour, tout ce qu'on avait à l'aller me laissent rêveuse : voir un enfant ne pas reconnaitre ce qui lui appartient au milieu d'une montagne de choses qui, nécessairement, appartiennent bien à quelqu'un, c'est planant.
De dépit, et l'expérience aidant, je finis par écrire sans sourciller : "Chaussettes : arrivée : 6 / retour : 3". Même pas mal.
C'est les instits qui vont bien se marrer : et hop, un sac entier d'affaires à redistribuer à la rentrée en janvier !

Fin de trajet de retour, il est 20h00. Une fois descendus du TGV, je me cale au fond du bus et j'entame un "questionnaire de satisfaction client". Je leur pose des questions sur leur vécu du séjour en leur demandant d'exprimer leur niveau de satisfaction sur une échelle de 0 à 10. Et puis, vu les commentaires, je dévie vers des questions plus générales sur la façon dont ils se débrouillent avec la vie qu'on leur fait vivre.
Pfiouuuu... Les pépites que je récolte ! Grand moment.
Si j'ai le temps j'en ferai un petit résumé que j'intitulerai "cahier de doléances des enfants aux adultes".

1 commentaire:

  1. La grande Stéf12/29/2011 5:08 AM

    Le ca-hier ! Le ca-hier ! Le ca-hier !

    RépondreSupprimer