1 janv. 2010

Bienvenue en 2010.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Pour commencer l’annee (et parce qu’il va me falloir un moment pour rattraper le retard pris sur les chapitres precedents), detendons-nous avec quelques-unes des actualites pratiques marquantes de ces derniers jours... (depuis la Nowel, quoi).

ALIMENTATION

Avec ma sedentarisation nepalaise est apparu la possibilite de se faire a manger soi-meme. O joie ! Ne trouvant pas de pain qui tienne la route (un pain avec du caractere quoi... Car, ami du pain de mie, le Nepal est fait pour toi), j’ai entrepris de faire le meilleur pain au levain de la terre. Et je crois que j'ai presque reussi.


Ingredients / materiel :
- un paquet de 5 kg de farine de ble semi-complete empaquetee au Nepal (provenance non precisee) ;
- un verre de lait d’Inde ;
- une cuillere a cafe de miel des montagnes nepalaises (ramene a Kathmandou il y a de cela quelques semaines, en camion) ;
- de l’eau du robinet bouillie ;
- un bol en acier de la quincallerie du coin.




Recette (aussi appellee dans le cas precis « La grande odyssee ») :


- Melanger le verre de lait + deux verres de farine + la cuillere de miel.
- Poser bebe levain dans un coin tranquille de la maison pour le faire fermenter en lui donnant a manger (ajout de farine + eau) tous les 24 heures minimum.
- Le deuxieme apres-midi, sauver le levain d’une attaque de fourmis.
- Au bout de 3 jours, constater que le melange ne contient toujours pas une bulle et s’inquieter (en meme temps, l’hiver nepalais - sans chauffage - donnant du 10-12 degres dans la maison, ca n’a pas non plus ete une surprise).
- Avant de jeter, tenter l’operation de la derniere chance, un bain-marie d’eau chaude renouvelle toutes les 2-3 heures.
- Constater la presence de bulles, reprendre espoir, ajouter un gros volume de farine et d’eau, faire lever deux fois (pas la nuit, il fait vraiment trop froid).
- Sauver les patons en pleine deuxieme levee d’une nouvelle attaque de fourmis.
- Faire cuire dans le mini four disponible.
- Faire des photos et deguster acompagne d’un bon morceau de fromage de yack.


NOEL

Le marketing reussit petit a petit a installer au Nepal des petites touches de Noel, mais ca n’est pas non plus LA fete de l’annee. Comprendre : ce soir-la, sois tu vas manger dans Thamel, le quartier touristique de Kathmandou, dans un resto ou ton plat represente un dixieme du salaire du gars qui le sert, soit tu ne fais rien.
Ou alors il y a une derniere possibilite, c’est d’aller se faire souhaiter un ‘merry Christmas’ dans un bar nepalo-tibetain en se faisant servir de la ‘tomba’, une sorte de biere de millet servie chaude, grande specialite nepalaise.

Pour une tomba de Noel pour deux, prevoir :
- un litre et demie a deux litres de millet noir fermente pendant une duree indeterminee (je me renseigne sur la question) ;
- un petit tonneau en bois ;
- un thermos d’eau chaude ;
- deux pailles veritables ;
- deux assiettes de frites (une belle surprise et un joli beau cadeau du 24 au soir).

Ensuite, dans le principe, c’est assez simple. Le petit tonneau arrive sur la table, rempli jusqu’a ras bord de millet. Le thermos suit dans la foulee, on ajoute de l’eau sur le millet, on aspire avec sa paille en galerant de temps en temps pour la deboucher du millet qui y est coince. Et on rajoute de l’eau quand on veut pour ralonger la sauce, a la facon du the vert en Chine.
Apres, cote gout, que dire...
C’est entre la biere et la frenette (ou autre chose qui parle a mes papilles mais que je n’ai pas reussi a reconnaitre), le tout chaud comme du the. Moins amer que la biere mais parfum assez type, surement renforce par le fait que ce soit chaud. Bref, c’etait sympa d’essayer mais je n’en boirais pas des litres.





Pour finir de decrire l’enormissime ambiance de Noel qu’il regnait ici, une petite photo du tableau d’information de la maison : une creche, un pere Noel et de la neige... Que demande le peuple ?



31 DECEMBRE

La encore, le marketing (ou plutot la globalisation) a beau faire ce qu’il/elle peut, le 31 decembre n’est pas non plus la plus grosse fete de l’annee pour la simple et bonne raison que le Nepal ne vit pas selon le calendrier gregorien : « 31 decembre » ne veut presque rien dire ici, et pour info on est en 2066.

N’etant toujours pas motivee pour aller boire des verres a Thamel, j’ai opte, avec quelques autres volontaires, pour un petit repas rapide dans un petit resto du coin, puis suis allee rejoindre la soiree feu de camp sur le toit-terrasse de la maison d’enfants ou je ‘travaille’.
Ambiance sympathique (mais nepalaise – comprends pas encore tout), gateaux aperos, gateaux, patates a faire cuire dans le feu et cafe. Et observation de la pleine lune et la mini eclipse du jour.


Je me faisais la reflexion que cette petite soiree ressemblait pas mal a ce qui pouvait se faire en Europe, jusqu’a ce que le feu, jusque-la de bois, soit agremente d’un ou deux sacs plastiques, puis papiers alu et verres en plastiques (une bonne 15aine).
Reflexe, j’ai commence a dire « gloups, pas le plastique dans le feu ! Et l’alu faut l’enlever, ca brule pas ! » pour ensuite me raviser : des feux de plastiques il y en a tous les jours dans le quartier. Pas de ramassage d’ordures remarque pour le moment ; j’imagine que bruler est la seule solution viable a l’heure actuelle...
On a donc continue a faire cuire nos patates dans le chaleureux crepitement du plastique qui se tortille et fait des bulles, certaines ont du defendre leur patate d’attaques de plastique fondu collant comme on aime, et puis voila.
(Note : je me suis quand meme fendue d’une demonstration de patate dans le papier alu, qui a presque fait sensation.).

A minuit, rien de special, pas plus mal. On a continue a regarder alternativement le feu (dans lequel on avait ajoute des bambous ; le bambou sec brule tres bien) et la pleine lune plus vraiment pleine, car mini eclipse de Lune !
(Ok il faut ecarquiller un peu les yeux mais sur la photo on voit que le contour n'est pas vraiment rond.)
Un passage en 2010 tout en douceur.




JANUARY 1RST, 2010
Welcome in 2010!
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
To start the new year (and because it will take me a while to catch up with the previous chapters), let's focus on the highlights of the last days ... (meaning, from Christmas).

FOOD

With my new sedentary Nepalese life appeared the possibility to cook by myself. O joy! Not finding any bread that I like (I mean bread with 'character'...), I undertook to make the best sourdough bread on the earth. And I think I almost succeeded.

Ingredients / equipment:
- A pack of 5 kg of semi-whole wheat flour packaged in Nepal (origin unspecified);
- A glass of milk from India;
- A teaspoon of honey from the mountains of Nepal (brought back in Kathmandu a few weeks ago, on a truck);
- Boiled tap water;
- A steel bowl.

Recipe (also called in my case "The great Odyssey"):
- Mix the milk + two glasses of flour + the spoon of honey
- Leave this baby sourdough mix in a quiet place for fermenting, feeding it (adding flour + water) every 24 hours minimum.
- On the second morning, rescue it from an ants attack.
- After 3 days, sadly note that the mixture still does not have any bubble in it (the 10-12 degrees in the house doesn't make it such a big surprise), and start worrying .
- Before throwing away, try a "last chance" attempt, warming up the mixture with a bath of hot water renewed every 2-3 hours.
- Note the presence of bubbles, regain hope, add a large amount of flour and water and let the dough rise twice (but not at night where it's really too cold).
- Save the bread in its second rising of another attack of ants.
- Bake in the mini-oven available.
- Take pictures and enjoy with a good piece of yak cheese.


CHRISTMAS

Despite marketing efforts, Christmas is still not THE party of the year in Nepal. Understand: on that evening, or you'll go eating in Thamel, the tourist district of Kathmandu, in a restaurant where your dish represents one tenth of the salary of the waiter, either you do nothing.
Or there's one last possibility which is to be wished a nice 'Merry Christmas' in a Nepalese-Tibetan bar, drinking "tomba", a kind of millet beer served hot, big Nepalese specialty.

For a Christmas night for two people, plan:
- A liter and a half to two liters of fermented black millet;
- A small wooden "bucket";
- A thermos bottle of hot water;
- Two real natural straws;
- Two plates of French fries (a nice surprise and a nice gift on this December 24th night).

Then, the principle is fairly simple. The small barrel arrives at the table, filled in with millet. The thermos bottle follows, you add water on the millet and suck with the straw , fighting from time to time to empty it from the millet seeds. And simply add more water when you want to drink more, like green tea in China.
About the taste of it...
I think it is somewhere between beer and "frenette" (or something that speaks to my taste but I failed to recognize what it was). Less bitter than beer is, but fairly strong though, surely because of it being served hot. In short, it is ok but I would not drink liters of it.

To the fantastic Christmas atmosphere entirely, above is a photo of the information board of the volunteers' house: a Christmas crib/creche, a Santa Claus and snow... What else? (As Georges would say)

DECEMBER 31

Again, the marketing (or rather globalization) may well do its best, December 31 is not the biggest party of the year either, for the simple reason that Nepal does not live according to the Gregorian calendar: "December 31" does almost nothing to say here, and we are in year 2066.

As I was still not excited by the idea to go drink beers in Thamel, I joined the evening campfire on the roof terrace of the children's home I worked in.
Friendly atmosphere (but Nepalese - I can't yet fully understand), biscuits, cakes, sweets, potatoes cooked in the fire and coffee. And observation of the full moon and the mini eclipse of that day.

I was thinking that this nice evening was quite close to what could be done in Europe, until the fire - so far 'fed' with wood - gets one or two plastic bags, aluminum film and plastic glasses (a good 15) as new year's present.
Pure reflex, I started to say "No! No plastic in the fire! And aluminum should be removed, it won't burn! ".And then changed my mind: so called "plastic fires" take place every day here or there in the neighborhood. No proper collection of rubbish (or at least not efficient enough) so burning is the most common solution.
We therefore kept on cooking our potatoes in the warm crackle of plastic that squirms and makes bubbles, some girls had to defend their potatoe from attacks of melted plastic sticky as you can imagine, and this is all.
(Note: I made a nice demonstration of how to cook a potato in aluminum foil, which almost impressed them :).

At midnight, nothing special, just perfect. We continued to look alternately at the fire (which had been added bamboo - dry bamboo burns very well) and at the full moon not really full, because of the mini eclipse.
(See the above photo where one can see that the contour is not really round.)
A smooth passage to 2010...

4 commentaires:

  1. Les Muretois1/01/2010 4:49 PM

    Salut Armelle,
    contente de te lire en ce 1er janvier et de voir que tu vas bien ! Félicitation pour ton pain, ma foi, j'aurais pas fait mieux ! On te souhaite une très bonne année 2010, riche en échanges et en émotions, en belles rencontres et en sourires d'enfants. On pense fort à toi, et on te lit avec toujours autant de curiosité et d'admiration. Continue comme ca c'est vraiment chouette ce que tu fais ! Ds ta prochaine comm', tu pourras nous en dire un peu plus sur ton boulot ? Une journée type, le "profil" des enfants, tes collègues, ... ?
    Porte toi bien, Grosses bises
    Christelle, Guillaume et la p'tite Lili

    RépondreSupprimer
  2. Super reportage, et bravo pour le pain... Sacrée frangine !
    J'ai vu l'éclipse partielle de Lune ;-)
    Christelle.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,
    Tpout d'abord Bonne année 2010. Merci pour la recette du pain. je ne sais pas si je vais réussir autant que vous. Sinon, je vais vous appeler pour vous demander conseils. Moi aussi, je suis sédentarisé à Kathmandu. Il se peut que nous nous rencontrions un de ses jours à Thamel.

    Pramod

    RépondreSupprimer
  4. Bravo Armelle! Splendide le pain! On arrive à sentir les larmes de joies perler dans les yeux de la boulangere à l'issue de cette odyssée bouleversante!

    Bon courage pour la suite!

    JUL

    RépondreSupprimer